LA FRANCE ET LES CINÉMAS DU MONDE :
 Échanges économiques, apports techniques et influences artistiques
PAYS INVITÉ: L'INDE
Nous avons ouvert en 2016 un nouveau cycle sur la place prépondérante qu’occupe la France en terme de soutien et de promotion de cinématographies étrangères. En 2017, nous continuerons à mettre en lumière un pays invité – L’INDE - comme ce fut le cas pour nos 3 éditions précédentes à travers des focus consécutifs sur l’Allemagne, la Chine et la Corée du Sud.

 

Cette formule à succès nous a permis, à travers de nombreux témoignages de techniciens, producteurs, représentants d’institutions, de mettre en valeur et de renforcer nos liens économiques et artistiques avec d’autres pays. Il s’agit d’une approche inédite présentant d'autres modèles d'organisation du travail et de financement, afin de les confronter de façon productive aux modèles français. Nous avons ainsi examiné le savoir-faire allemand, chinois et coréen tout en étudiant les ponts avec notre propre industrie cinématographique.

 

Hormis l’attrait artistique de ces cinématographies étrangères que nous avions présenté à travers notre programmation de films, chaque année un état des lieux des coproductions avec le pays invité à été établi durant nos Rencontres Art et Technique.

 

Cette année, avec l’Inde, nous continuons d’élargir notre réflexion au rôle qu’occupe la France dans la production, la promotion et la diffusion de cinématographies étrangères à travers le travail des producteurs, distributeurs, vendeurs internationaux, festivals tout en continuant à valoriser le savoir-faire des techniciens français, aussi bien sur les plateaux de tournage qu’en post-production.

Cette excellence artistique reste un atout majeur et permet à notre pays de se positionner comme une terre d’accueil pour de nombreux projets et artistes venus du monde entier.

La prochaine édition de Paris Images Cinema – L’industrie du rêve, la 17ème depuis sa création en l'an 2000, se déroulera du 25 au 27 janvier 2017.

Paris Images Cinema – L’industrie du rêve invitera pour cette 17ème édition de grands acteurs du cinéma INDIEN (producteurs, réalisateurs, techniciens, directeurs artistiques de festival, …) afin de débattre durant nos Rencontres Art et Technique de la collaboration franco-indienne, en évoquant à travers des études de cas précises les méthodes de travail de chacun.

Après le premier accord de coproduction datant de 1986 entre les industries cinématographiques françaises et indiennes et un nouvel accord pour faciliter les coproductions signé en décembre 2010 à New Delhi, plusieurs films de coproduction indo-français ont été réalisés :  Miral (co-producteur français-Pathé) de Julian Schnabel; Qissa - Le Secret de Kanwar (coproducteur français - Ciné Sud Promotion) de Anup Singh, soutenu dans le cadre de l’Aide aux cinémas du Monde - Lunchbox (co-producteur français - ASAP Films) de Ritesh Batra, également soutenu par l’Aide aux cinémas du Monde et Arte Cinéma. Par ailleurs, chaque année, le département audiovisuel de l'Ambassade de l’Inde soutient la participation des producteurs français au Film Bazaar, le plus important marché de coproduction indien visant à promouvoir le cinéma indien international et les échanges bilatéraux.

Depuis 2010, de plus en plus de films indiens se tournent en France mais également des films français se tournent en Inde avec des productions indiennes.
En effet, l'intérêt des cinéastes français en Inde remontent à Jean Renoir et Louis Malle. Au cours des dernières années, six films français ont été tournés en Inde, y compris le dernier film du réalisateur français Claude Lelouch, Un + Une mettant en vedette Jean Dujardin et Elsa Zylberstein.

 

Le fil rouge de cette 17ème édition sera le retour d’expériences sur un tournage d’un film indien-Bollywood intégralement tourné d’avril 2016 à juin 2016 pour la première fois à Paris et en France :  Befikre du réalisateur Aditya Chopra avec deux grandes stars bollywoodiennes Vaani Kapoor et Ranveer Singh.

Les 77 jours de tournage en France sont une des conséquences directes de l’amélioration, en janvier 2016, du crédit d’impôt international. Ce dispositif, qui concerne les films d’initiative étrangère dont tout ou partie de la fabrication a lieu en France, est accordé par le Centre national du cinéma (CNC). Il permet de déduire 30 % des dépenses de tels films en France et peut atteindre 30 millions d’euros.  

Ce tournage a rapporté à la France huit millions d’euros. 140 professionnels français ont été embauchés, des techniciens en majorité, mais aussi des cascadeurs, des danseurs pour les scènes musicales, … L’ensemble des chefs de poste et des techniciens étaient français, la chef décoratrice, le directeur photo, les ingénieurs du son, les électriciens, les assistants caméras, les maquilleurs, les costumiers, les 2 750 figurants...

La chef décoratrice Anne Seibel (ADC) nommée aux Oscars pour Midnight in Paris de Woody Allen et spécialiste des tournages indiens et étrangers a assuré l’ensemble des décors du film à Paris, sur les berges de la Seine, au restaurant du Quai Branly jusqu‘aux environs de Cannes et en Picardie. Marraine de notre édition, elle fera retour sur ces 77 jours de tournage en France au total.

 

Nous évoquerons également les films français tournés ces 10 dernières années en Inde en présence de leurs producteurs, réalisateurs et techniciens.

Le cinéma indien sera mis à l’honneur dans notre programmation de films projetés durant ces trois jours de festival. Nous rappellerons par là même que le public français est depuis longtemps un des plus ouverts à la cinématographie indienne et à ses plus grands auteurs.

  • s-facebook
  • s-youtube